Egypte : Intro

Publié le par Heureuse qui comme Ulysse

Egypte : IntroEgypte : IntroEgypte : Intro

Ahh l'Egypte ! J'en rêvais, ce fut le cadeau de ma famille et de mes amis pour mes 30 ans. Oui mais, nous avons fait ce voyage comme nous le faisons toujours : à deux, organisé par moi, avec juste nos sacs à dos et nos chaussures de rando... grosse erreur ! Après 3 semaines d’Égypte nous étions impatients de rentrer. C'est la seule destination pour laquelle je conseillerai de ne pas la faire en routard mais plutôt en groupe, même petit, et surtout avec un guide égyptien de confiance qui restera avec vous tout le temps. Car en 3 semaines, ils nous ont tout fait, même ce que nous n'aurions pu imaginer jusque là :

- marteau piqueur dans la chambre d'à côté jusqu'à 2/3h du matin (A l’hôtel Amira de Safaga, pour ne pas le nommer, le personnel de l’hôtel est utilisé comme maçon, peintre, plombier, etc. quand il ne travaille plus, c’est à dire la nuit, pour faire les travaux d'entretien de l’hôtel, voir de gros œuvre !) Devant mes cris et mon air ahuri à 1h ils m'ont promis d'arrêter de faire des travaux dans la chambre à côté de celle où on dormait... pour reprendre 5mns après et ce deux nuits de suite! Après on dit que les Français sont râleurs !

- dans le même genre, vous dormez tranquillement dans votre chambre d’hôtel. Au beau milieu de la nuit, si le réceptionniste a quelque chose à dire à son collègue à l'autre bout du couloir, il va hurler, sans problème. Mais il peut aussi chanter à tue-tête, jouer aux jeux vidéos avec musique à fond, etc. Enjoy !

- les taxi qui ne déposent pas du tout où vous leur demandez mais plutôt là où ça les arrange, quitte à transformer un "déposez nous à la station de bus SVP" en un" merci de me faire une tournée touristique de la ville SVP avec retour au point de départ"!

- Bien sur les "gardiens" qui dans quasiment chaque temple, nous ont fermé l'accès aux salles périphériques dès que leur encadrant ne les voyait pas et que les groupes accompagnés de guides égyptiens (pouvant contester dans leur langue et aller chercher leurs supérieurs) étaient partis ! Refus de payer les backchich demandés, menaces, esclandres pour faire du bruit et amener une âme sensée qui rendra justice... à chaque fois c'est du temps perdu et des nerfs en pelote pour moi (oui, des deux, c'est moi la contestataire!) Et ce bien sur jusqu'au dernier jour où un garde nous a fait le coup pour ne pas nous laisser accéder au rempart de la citadelle du Caire... épuisant !

- Les felouques... ah 2 jours à se battre avec eux pour qu'ils mettent les voiles et remontent un peu le fleuve (comme convenu!) au lieu de nous laisser griller sous un soleil de plomb sur les berges pendant qu'ils nettoyaient leur bateau. "No wind, no wind!" me soutenait-il pendant que, dans son dos, des felouques remontaient sous voile... Step, compromis, négociation, on garde le sourire même s'il se crispe un peu à force... puis pétage de plomb complet, menaces de mettre moi même les voiles et d'amener le bateau à Kom Olom, etc. Ils n'ont pas l'habitude qu'une femme leur crie dessus, surtout en public! Et ça a marché. Je n'en suis pas fière mais visiblement il n'y a que ça qu'ils comprennent et souhaitent éviter : prendre la face en public par le fait d'une femme ! Dont acte! Mais c'est usant et pas très valorisant pour moi non plus...

- Lorsque nous étions en Égypte, Mika relisait Mort sur le Nil. C'est drôle mais à l'époque Agatha Christie dépeignait déjà les Égyptiens comme nous les avons nous même perçus : peu enclin au travail, peu sympathiques, sales pour leur environnement, très bruyants et à l'affut de la moindre petite arnaque. Pourtant nous avons été dans des pays plus pauvres, moins touristique, avec moins de potentiel que l’Égypte et les gens étaient plus agréables, les rues plus propres, et ils ne tentaient pas de nous arnaquer systématiquement en nous rendant la monnaie ni ne voulaient se faire payer pour nous renseigner sur notre chemin !

En bref, l’Égypte est un pays magnifique (comme en atteste ces quelques photos!), qu'il faudrait avoir vu au moins une fois dans sa vie, mais pas en routard, seul avec son sac à dos, sinon on est sujet à trop d'arnaques et d'ennuis en tout genre !

Egypte : Détails pratiques

Publié le par Heureuse qui comme Ulysse

Egypte : Détails pratiques

Voici quelques points importants, étape par étape :

LE CAIRE - GUIZEH

Pour y aller depuis le centre ville, le mieux est de prendre le métro jusqu'à la station Guiza puis le taxi jusqu'à l'entrée du site.

Attention : dans Kéops, le garde à l'entrée a refusé que nous rentrions avec notre appareil photo. Nous avons donc du visiter la pyramide à tour de rôle.

La balade en dromadaire aux abords du site est une arnaque : c'est cher, ils ne font pas le tour convenu et ça fait vraiment "promène couillons"... en tout cas c'est le sentiment qu'ils nous renvoient. Vous pouvez tout aussi bien, avec de bonnes chaussures de marche, vous éloigner des pyramides de façon à prendre la fameuse photo panoramique des 3 pyramides....

Le son et lumière vaut vraiment le coup !

Y aller seuls, par vous-même, permet de prendre son temps, et entre les flux et reflux des groupes de touristes qui ne font qu'un tour rapide, vous avez le site pour vous seuls !

ASSOUAN

Nous avons pris le "sleeping train" pour rallier Le Caire à Assouan : quasiment 15h de train. Les couchettes et le personnel en uniforme donnent un petit côté Agatha Christie :-) Sinon, les repas à bord sont chiches, le confort moyen, le train régulièrement en retard et le 1er wagon est un wagon de marchandises, qui roule portes grandes ouvertes et rempli de militaires en arme... ça donne le ton tout le suite !

Avis aux amateurs de 504 Peugeot : Assouan est pour elles ce que la Floride est aux retraités américains, un lieu de rassemblement pour passer leurs vieux jours au soleil ! La concentration y est incroyable, et elles roulent (les compteurs kilométriques ont, eux, rendu l'âme depuis bien longtemps) !

Assouan est le point de départ pour les excursions à Abou Simbel et Philae. Elles se font forcément en voyage organisé (super-encadré et "sécurisé"). Pour le "voyage long" qui comprend Abou Simbel, l'obélisque inachevée, le barrage et Philae cela coute 70LE/pers. (via notre hôtel). Le RV, pour l'ensemble des bus qui font l'excursion, est à 4h du matin (les bus roulent en convoi, en file indienne et à tombeau ouvert... on se sent vraiment en sécurité si le 1er de la file pile !). Arrivée vers 7h à Abou Simbel : incroyable dans la lueur de l'aube ! J'ai adoré cette visite malgré le monde (forcément tous les passagers des cars sont là en même temps, pendant 2h de visite chronométrée). Puis le bus s'arrête au barrage et à l'obélisque inachevée avant de faire un dernier stop à Philae. Avant d'arriver aux barques qui font la traversée vers l'île elle même mieux vaut déjà avoir constitué un groupe de 10 personnes et se mettre d'accord sur les prix (nous nous avons obtenu 5LE/pers. payables au retour bien sur!)... sinon les propriétaires des bateaux jouent la montre et font des propositions de prix aberrantes! Retour à Assouan vers 13h30, crevés !

D'Assouan partent également les felouques sur lesquelles on peut remonter le Nil. Les bateaux, à cause des cataractes, s'arrêtent à Kom Olom, avant Louxor : 2 jours/2 nuits/ nourriture/ et transfert Kom Olom- Louxor en taxi : 140LE/pers. L'eau et les entrées des temples de Kom Olom et Edfou sont à payer en plus. La remontée du Nil en felouque a l'air très romantique mais en fait les berges du fleuve sont un dépotoir, les repas sont frugaux et les propriétaires des felouques font la fête toute la nuit à coup de marihuana et d'alcool... et donc se réveille tard le lendemain (on a mieux compris les drapeaux de Bob Marley et de la Jamaique dans pas mal de voiles de felouque après ça!). Ajouter à cela qu'il a fallu se disputer tous les jours avec eux pour qu'ils acceptent de mettre les voiles pour effectivement remonter le fleuve... ces deux jours ont été éprouvant, encore une fois, pour les nerfs ! (Et oui, les propriétaires des felouques naviguent juste un peu le 1er jour puis veulent passer le 2e à nettoyer leur bateau ou autre mais surtout pas trop remonter le Nil. Comme cela au matin du 3e jour, le taxi descend plus bas chercher les touristes pour les amener à Louxor et eux sont plus près d'Assouan pour revenir à leur point de départ et charger de nouveaux "clients"). Une fois débarqués à Kom Olom (finalement! Je ne me laisse pas faire comme ça... Comme dirait mon amie irlandaise "You're a tough cookie!") le taxi collectif dans lequel nous étions a exigé une visite du temple de Kom Ombo d'1/2h à peine. Devant notre refus (nous étions 5 ou 6) et notre demande d'y passer une heure, il nous a menacé de nous planter là et de partir avec toutes nos affaires... haussement de ton, menaces d'aller chercher les flics et mémorisation de la plaque d'immatriculation pour obtenir ce pour quoi nous avions payé... bref, on nous a contraint pendant 3 jours à revêtir le rôle du touriste agressif aux relents post-coloniaux dont nous nous serions bien passé ! Au moins les couchers/ levers de soleil sur le Nil étaient sublimes et les temples de Kom Ombo et Edfou remarquables !

LOUXOR

Nous avons pris un hôtel sur la berge ouest de Louxor pour être au calme. Pour rejoindre la ville il faut prendre le ferry (1LE/pers.)

Karnak : depuis le centre de Louxor, on peut prendre un taxi pour rejoindre Karnak ou bien longer la corniche à pieds pendant 15mns environ. Nous y avons passé toute la matinée, il y a tant à voir! Soit vous arrivez avec votre propre guide, dont vous êtes sûr, soit vous pouvez prendre 2 ou 3 guides de voyage (Routard, National géographique et un guide de l'Egypte ancienne) qui donneront toujours plus d'infos que les prétendus guides qui proposent leurs services à l'entrée du temple! Contrainte du voyage non-accompagné : nous avons dû batailler (encore!) pour que les "gardiens" du temple ouvrent les salles dont ils bloquaient l'entrée par des barres à mine en réclamant un backchich. Nous avions payé l'entrée donc hors de question de payer des backchich pour voir l'ensemble du site! D'autant que dès qu'un groupe de touristes arrivait avec son guide, ils retiraient bien vite les barres et faisaient semblant de rien. Grrrr.

Le Temple de Louxor : lui aussi extraordinaire ! Nous en avons également fait le tour de nuit car l'éclairage est magnifique! Et nous avons visité le musée de la momification tout proche et très bien.

Vallée des Rois à pieds (Jour 1) : un taxi nous a déposé très tôt à l’entrée du site (avec une lunch box et 3L d'eau). Nous avons pris l'entrée avec visites des tombes de Ramses IV, Horemheb (non-achevée et du coup très intéressante) et de Ramses III. Pour 50LE/pers. nous avons également visité la tombe de Ramses VI, très belle et sans beaucoup de visiteurs car tout le monde est en face, à la tombe de Toutankhamon. Puis nous avons escaladé la montagne par le sentier pédestre pour arriver de l'autre côté, au dessus du temple d'Hatchepsout (25mns de marche). Le point de vue est superbe ! Après la visite du temple, nous avons rejoint le ticket office pour acheter nos billets pour la vallée des Nobles (tombes de Mena et Nakht) et le Ramesseum. Nous avons préféré les tombes des Nobles par rapport à celles des Rois, car elles étaient plus humaines, plus intimes... Enfin nous avons marché jusqu'aux Colosses de Memnon.

Vallée des Reines à pieds (Jour 2) : depuis le ticket office, où nous avons pris des billets pour Medinet Habou et Deir el Medineh, nous sommes allés visiter les tombes de 3 reines. Puis par le chemin de randonnée, nous avons rejoint Deir El Medineh, le village des artisans. Là encore, ces tombes plus intimes nous ont beaucoup touchés! Enfin, nous avons marché jusqu'à Medinet Habou et son temple dédié à Ramses III... Nous étions rincés par ces 2 jours intenses de rando mais nous avions les yeux plein d'étoiles ! Ce furent deux jours magiques !

SAFAGA

De Louxor, nous avons pris un bus pour Safaga depuis la gare des bus : environ 4h de trajet ponctué de checkpoints et 25LE/pers.

La ville est sale, à 1/2 construite, jonchée de poubelles et nous avons mis du temps pour trouver quelqu'un qui acceptait de nous indiquer le chemin de notre hôtel sans se faire payer pour cela !

Un très bon club de plongée français à Safaga : http://www.dune-world.fr/plongee/egypte/centre-plongee-safaga/. Les plongées qu'il propose sont superbes, l'encadrement sérieux et sympa, le matériel convenable et les repas à bord des bateaux bons et copieux. Pour cause de mauvais temps, nous n'avons pas pu sortir de la baie pour aller plonger le long des tombants. Mais les plongées dans la baie sont malgré tout très diverses et magnifiques... comme dans un aquarium ( les détritus des bateaux russes qui croisent dans la zone en plus :-( ) Le forfait 3 jours avec 2 plongées/jour, déjeuner à bord compris nous ont couté 197€/pers. + 6€ pour le boissons à bord +6€ de pourboire pour l'équipage qui les a bien mérités -10% si vous présentez le Routard.

Après des péripéties hallucinantes avec notre hôtel, je ne vous conseillerais qu'une chose : éviter à tout prix l’hôtel Amira ! (voir Egypte Intro). En revanche, l’hôtel Toubia où nous nous sommes réfugiés était très bien.

LE CAIRE

Pour rejoindre Le Caire depuis Safaga, il faut prendre un taxi collectif jusqu'à la station des taxis puis un taxi pour Hurgadha (25LE pour 2). Au bout de 45mns le taxi s'arrête à la station des taxis de Hurgadha, il faut alors prendre un autre taxi pour la station des bus (5LE) "El Gouna". Là, des bus partent régulièrement pour Le Caire : 75LE/pers. 8h de trajet (durée aléatoire étant donné le trafic bouché dans le Caire).

Pour nos derniers jours au Caire, nous avons bien sur visiter le Musée du Caire (Mika étant archéologue, j'ai cru qu'on n'en sortirait jamais :-) ) : 60LE/pers. + 100LE pour la salle des momies (bof, mieux vaudrait leur fiche la paix à ces pauvres momies). Par rapport à nos standards occidentaux, le musée est un capharnaüm, poussiéreux et sans muséographie moderne, néanmoins il recèle des trésors et nous nous souviendrons à vie de notre rencontre avec le masque de Toutankhamon !

Nous avons enfin visité "le Caire islamique" avec les mosquées Sayyida Zeinab et Mohammed Ali, impressionnantes sauf si on a déjà eu la chance de voir Sainte Sophie !

Last but not least, le détour par le souk Khan el Khalili pour les derniers achats avant le retour en France. Il faut prendre un taxi entre la place Midan et le souk car le métro n'y va pas.

Egypte : Détails pratiquesEgypte : Détails pratiques
Egypte : Détails pratiques
Egypte : Détails pratiquesEgypte : Détails pratiquesEgypte : Détails pratiques

Tokyo : Quelques infos

Publié le par heureusequicommeulysse

Depuis un voyage professionnel d'une semaine à Tokyo, en 2008, je suis tombée en amour (réminiscence de mon voyage au Québec !) avec la culture japonaise... et sa cuisine !

CIMG6454.jpg

Je n'ai pas la prétention de lister les choses à voir à Tokyo car la ville est trop grande et j'y ai passé trop peu de temps à me balader. Je me contenterai donc de quelques adresses où j'ai eu la chance d'aller et de tenter de vous expliquer pourquoi cette ville est si géniale !

Pourquoi aller à Tokyo ? J'ajouterai même : au mois de février ? Car le Japon est un pays fascinant de mixité entre modernité et tradition : une grande partie de la ville n'est pas constituée de buildings et de béton, comme je le pensais, mais de petites maisons en bois, qui côtoient d'immenses tours de verre et d'acier ; parce que le soir dans les quartiers branchés de Shibuya ou Roppongi, la luminosité des enseignes est telle qu'on se croirait en plein jour, et des geishas en tenue se rendent à pieds à leur travail au milieu de jeunes avec des coupes de cheveux de mangas ! ; parce que lorsque l'on achète un simple petit cadeau dans un magasin, la papier qui emballe votre objet est digne de participer à un concours d'origami ; car l'arrivée en avion sur l'aéroport de Tokyo permet de voir la Majesté le Mont Fuji couvert de neige ; car la tradition shinto veut que l'on protège les statues du froid l'hiver, on leur met donc à toutes un petit manteau ; pour le côté kawaii des Japonais (mignon en Français, ce mouvement un peu régressif, très asiatique, dont Hello Ketty est le porte étendard et qui pousse même les adultes à se promener avec les sacs en forme de peluche, etc.) ; pour les WC hyper-modernes des Japonais avec rangées de commandes de chaque côté, qui nécessite au moins d'avoir fait Maths Sup/ Math spé pour comprendre le fonctionnement ; pour la folie des Japonais le soir  : il faut être entrée dans un bar avec l'ensemble des serveuses habillées en Bunny pour se rendre compte du truc .

CIMG6398.jpg

Ce qui m'ammène au point  "Attention au petit coeur de ces messieurs" : car qu'on se le dise la Japonaise est très belle ! C'est un monde peuplé de petites poupées toutes mignonnes et court vêtues ! Si j'ajoute qu'il suffit à un homme de dire qu'il est français pour qu'il soit dieu sur terre, vous comprendrez que l'ensemble des hommes de ma délégation a failli rester sur place (comme j'étais la seule femme, j'ai surtout failli rentrer seule !). Anecdote marrante: j'ai lu il y a quelques années, dans Courrier international, qu'il n'y a encore pas si longtemps la taille de jupe des écolières était laissée à la discrétion de chaque chef d'établissement. Après de nombreuses dérives, le gouvernement a pris des mesures et légifère dorénavant seul sur la longueur des uniformes .

Bon, enfin, bien sûr l'une des raisons majeures pour aller au Japon est la cuisine ! Les merveilleux sushis, sushimis, chabu chabu (fondue japonaise) et autres qu'on ne peut déguster que là bas... d'une fraicheur exceptionnelle, et avec toujours ce principe de mêler plusieurs saveurs et textures dans une même bouchée ! Ah là là, c'est presque une religion ! Quand en plus on déguste toutes ces bonnes choses dans des restaurants panoramiques dominant Tokyo (on se croirait dans Lost in translation !) ou dans d'antiques restaurants tout en bois où l'on mange à même le sol, des cloisons en papier de riz séparant les différentes tables....

Vous l'aurez compris j'adore le Japon !

Quelques adresses :

Hébergement :

Tout d'abord, vous pouvez facilement passer une semaine à Tokyo vu le nombre de choses à voir, voici donc l'adresse d'une structure extrêmement bien située (près de l'ambassade de France) qui propose des locations de courte durée, à prix raisonnables :

link

CIMG6413.jpg

Pour les restaurants :

Le Toho, dans le Twin towers building pour la vue panoramique ;

Le Shunju, idem ;

Le Gonpachi, tout en bois, c'est là que Tarantino a filmé le combat de sabres de Kill Bill ;

Le Jidaiya, pour les meilleures Chabu Chabu de Tokyo (ci-contre).

Mais pas besoin de faire des restaurants chers pour manger très bien et original. Les restaurants de ramen, nouilles traditionnelles japonaises, se trouvent à chaque coin de rues. La nourriture est bonne et vous vous retrouvez avec les hommes en costume/cravate qui sortent du travail, et dînent traditionnellement là avant de rentrer chez eux, c'est plutot sympa !

Tokyo : le Japon en France

Publié le par heureusequicommeulysse

Ce petit aparté sur Tokyo est surtout le prétexte pour vous lister les meilleurs restaurants japonais de Paris (j'adorerais dire d'Angers, mais clairement là, on ne s'aligne pas ).

CIMG6378.jpg

Le Kokoya

5, rue des Batignolles dans le 17e

Le Zen ***

 8, rue de l'Echelle dans le 1er

Matsuri **

  36, rue Richelieu dans le 11e

Le Yen **

22, rue Saint Benoir dans le 6e

Le Isami

4, quai d'Orléans dans le 4e.

CIMG6448.jpg

Et si, comme moi, vous vivez avec un ours qui vous dit "déjà que depuis qu'on est ensemble je mange des courgettes et des tomates, je ne vais pas en plus me taper un resto de poissons crus ", j'ai la solution :

Pour contre-balancer, voici le meilleur restaurant de viande de la capitale :

Le Beef Club

58, rue JJ Rousseau dans le 1er

Le repère du pape de la viande, Yves-marie Le Bourdonnec. Il y sert sa  "fameuse" viande anglaise ainsi que du boeuf de Kobé (le boeuf japonais massé à la bière... et oui, c'est ça aussi le Japon !)

Quelques lectures :

BD :

Quartiers lointains de Jiro Taniguchi

Gen d'Hiroshima de Keiji Nakazawa

Livre :

CIMG6405.jpg

Geisha de Arthur Golden

Chroniques japonaises de Nicolas Bouvier

Quelques films :

Tous les dessins animés de Miyazaki bien sûr !

Lost in Translation de Sofia Coppola

(listes absolument non-exhaustives, n'hésitez pas à compléter !)

Pékin: Intro

Publié le par Heureuse qui comme Ulysse

Pekin-Hutong-copie-1.jpg

En décembre 2008, j'ai été amenée à passer 3 semaines à Pékin dans le cadre de mon travail. J'ai adoré cette ville et ai profité au maximum de mes temps libres pour visiter.

Bien qu'il fasse -9°C dehors à cette période et qu'un vent froid venu du Nord souffle régulièrement sur la ville, le mois de décembre est idéal pour visiter Pékin : le ciel est d'un bleu limpide (les mois plus chauds, il tire plutôt sur le gris plombé) et l'air y est frais et respirable (sans la poussière et l'archi-pollution de l'été).

Je ne vais pas ici vous faire le détail des immombrables choses à voir à Pékin : un guide de voyage sera plus exhaustif et, vu la rapidité des changements en Chine, mes infos datant de 2008 risquent d'être obsolètes.

Pekin-Palais-prince-Gong-copie-1.jpg

 

Je rédige donc ces articles pour vous faire partager quelques coups de coeurs, de belles photos et vous donnez envie d'aller vous aussi vous perdre dans les hutongs de Pékin... :-)

Pekin-Place-Tiananmen02-copie-1.jpg

 

 

Pékin : Coups de coeur

Publié le par Heureuse qui comme Ulysse

La Cité interdite bien sûr ! Prévoyez plusieurs heures, vu la taille de l'édifice. Il y a même possibilité de boire un thé dans l'enceinte. Après la visite, je vous conseille d'aller au parc de la Colline du Charbon (parc Jingshan), au Nord de la Cité. Il offre un superbe panorama sur la ville, sur la cité interdite en contre bas et sur l'opéra tout proche. Magique au coucher du soleil !

Pekin-Cite-interdite04.jpg

Le Temple du Ciel. Pour le temple en lui-même mais surtout pour l'ambiance qui règne dans le parc qui l'entoure : groupes jouant au jianzi (volant constitué de plumes colorées que les participants, installés en cercle, s'envoient au pied) ; cours de taïshi, normal ou aux éventails ; danses en couple ; exercices physiques ; pratique du ruban (un peu comme de la GRS, mais sans contorsions ni balons :-) )... le tout en musique et avec une bonne humeur communicative. Toutes les générations s'y retouvent.

Pekin-Temple-du-ciel01.jpg

Le parc Beihai. Oui, encore un parc ! Mais je trouve que la vie dans ces parcs contribue beaucoup à l'identité de la ville ! Au parc Beihai, j'ai aimé les calligraphies éphémères peintes au sol avec de l'eau ; les petits temples dont les chimères postées sur les toits sont presque vivantes dans le soleil couchant (cf. la photo ci-dessus dans le bandeau du blog) ; la résidence du prince Gong toute proche avec ses lampions rouges ; et les délicieux yaourts à boire à la paille vendus dans les gargottes du parc (ceux avec une vache dessinée sur le couvercle, goûtez les, ils sont trop bons !).

Pekin-Lac-Beihai01.jpg

Le marché de l'Artisanat (Panjiayuan Lu). Y acheter de vrais antiquités est illusoire et de toute façon interdit, mais il y a là le plus grand choix pour acheter de belles statuettes, des calligraphies, des tissus... de tout, en fait ! C'est immense ! Il se tient le week-end et mieux vaut y arriver tôt.

  chine-8234.JPG

Le marché de nuit de Donghuamen, avec ses stands colorés proposant les brochettes de serpents, de calamars, de fruits glacés au sucre, mais aussi du crabe, des scorpions, etc. en bref, il y a pour tous les goûts !

Pekin-Donghuamen02.jpg

Factory 798 - Dashanzi. Là où s'exprime toute la folie artistique chinoise ! Ancienne usine désaffectée, le lieu a été investi par les artistes contemporains qui y ont créé ateliers, salles d'exposition et boutiques. De quoi y passer plusieurs heures à en prendre plein les yeux!

Pékin-Lac Beihai03-copie-1

Le Temple des Lamas, pour les volutes de fumées qui s'échappent des bâtons d'encens, brûlés par poignées, et agités, mains jointes, au dessus de la tête... Là encore, toutes les générations se confondent dans ces prières au Temple et offrent de vrais moments de recueuillement.

Pékin-Lama Temple01

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les hutongs. Il y en a de moins en moins et celles qui subsistent ont été tellement aménagées par les autorités, avec leurs petites échoppes proprettes, qu'on se sent plus à Disneyland que dans le Palanquin des larmes. Mais en sortant des parcours touristiques et en se perdant dans les ruelles, on en trouve encore et là, le voyage dans le temps commence !

Pékin-transport

La Grande muraille à Mutianyu. Il reste plusieurs morceaux de la Grande muraille. La plupart des touristes vont à celui de Badaling, il y a donc moins de monde à Mutianyu et on peut profiter tranquillement de ce spectacle incroyable ! Pensez à mettre des chaussures de randonnées : les pierres disjointes rendent le parcours accidenté et les escaliers y sont très raides !

Pekin-Grande-muraille.jpg

Les installations olympiques. Le stade en forme de nid d'oiseau et le "cube d'eau" de la piscine attenante sont superbes de nuit, illuminés (uniquement le week-end en 2008). Les Chinois en ont fait un de leurs lieux de promenade privilégiés le soir et les cerf-volants des enfants flottent dans les lumières orangées et bleues des deux structures olympiques. Plutôt sympa !

chine 8140

Pékin : Conseils et adresses

Publié le par Heureuse qui comme Ulysse

Tout d'abord trois restaurants sympas :

Le Beijing Haojia Yiyuan restaurant : link

Le Xijeyaju restaurant : link

Le Pure Lotus (restaurant bouddhiste donc végétarien) : link

chine 8456b

Un super lieu, moitié salon de thé moitié librairie, dans le quartier le Sanlitun :

Le Bookworm : link

chine-7689.JPG

L'auberge de jeunesse où je logeais :

Le Dongzhimen Golden Pineapple Youth Hostel (proche de l'arrêt de métro Dongsishiqiao) : link

chine-8127.JPG

Enfin, deux infos/conseils :

Pour l'orientation des rues : dong -est ; xi - ouest ; bei - nord ; nan -sud.

Les panneaux de signalisation "blanc sur fond vert" indiquent un axe est-ouest ; et "rouge sur fond blanc" un axe nord-sud.

Pour les chambres d'hôtel, méfiez vous des prix trop bas, ce sont souvent ceux des chambres sans fenêtre, construites au beau milieu de l'hôtel, avec une fausse fenêtre donnant sur un papier-peint représentant une forêt ou une cascade... clautrophobe s'abstenir !

chine-8341.JPG

 

Thailande/ Cambodge : intro

Publié le par Heureuse qui comme Ulysse

Après notre voyage au Vietnam en 2010, nous étions sûrs d'avoir trouvé là le peuple le plus gentil du monde. A notre grand étonnement, pas mal de monde nous a rétorqué pourtant que l'accueil vietnamien était loin d'égaler celui des Thailandais. Etait-ce possible? La Thailande était-elle le pays des Bisounours, l'antithèse absolue de l'Egypte, le paradis du voyageur ? Nous devions aller vérifier ça !

Photo-146.jpg

Nous avons donc combiner 10 jours de visite de Bangkok et du sud de la Thailande (pour plonger ) avec un crochet de 3 jours au Cambodge pour voir nos amis qui y résident et visiter les fameux temples d'Angkor !

Ca a été un voyage merveilleux ! C'est vrai que l'accueil des Thailandais n'a d'égal que leur gentillesse, leur raffinement et leur sourire. Sawadee kha ! Même dans les petits restos, chaque plat ou boissons arrive décoré d'une orchidée ; un grand sourire nous accueille systématiquement (surtout dans le sud, Bangkok est moins traditionnel de ce coté là) ; on se déchausse dans les pensions et certains musées avant de rentrer ; on peut manger et boire partout, même dans la gargotte du coin de la rue, sans tomber malade car tout est, de manière générale, très propre (les toilettes publiques et le métro thailandais nous ont donné l'impression d'être des gros crados en France).

Photo-1252.jpg

Au delà de leur gentillesse, les Thailandais nous ont surtout paru être un peuple fier (ils n'ont jamais été colonisés) et raffiné, héritage d'une culture millénaire qu'ils continuent d'honorer au travers de leur roi (Rama IX dont les portraits sont omniprésents dans les foyers et les lieux publics) et du bouddhisme (on voit les robes safran des moines partout dans le pays, mêlées à la population). Enfin, on a été séduit par leur mélange de tradition /simplicité (le cout de la vie est peu élevé) et de technologie/ modernité (à Bangkok, une grande partie des gens croisés en centre ville avait un smartphone ou une tablette à la main ; les arrêts de bus sont tous dotés du wifi gratuit ; il y a des écrans de télé géants dans les rues).

Bien sur 3 jours ne sont pas suffisants pour se faire une idée juste d'un pays, pour autant le Cambodge nous a paru beaucoup plus pauvre que la Thailande (alors que bizarrement à Siem Rep tout y est plus cher) et, peut être de ce fait, on a été beaucoup plus au prise avec la petite arnaque, le "harcellement" des vendeurs, la corruption (à commencer par les douaniers de Poipet!)... bref, un séjour moins zen qu'en Thailande, mais Angkor vaut bien quelques désagréments . Nous avons été éblouis par les temples, assez différents les uns des autres : certains pris entièrement dans des racines de fromagers, d'autre en grès rose, d'autres encore en grande partie éboulés... et au final, ce ne sont pas les plus grands ou les mieux restaurés qui nous ont le plus touchés !

Photo-502.jpg

1 2 3 4 5 6 > >>
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog